Frontispice de la première édition des oeuvres complètes de Monsieur de Molière (1682) par Pierre Brissart
Frontispice de la première édition des oeuvres complètes de Monsieur de Molière (1682) par Pierre Brissart © cc

Micha Lescot qui, aux Ateliers Berthier de l'Odéon, reprend le rôle de Tartuffe dans la nouvelle mise en scène de Luc Bondy, dit qu'il a l'impression de poser ses longues jambes dans un champ de mines tant les traditions de représentation de la pièce paraissent contradictoires. A quoi Roger Planchon répliquait à l'avance : non, la tradition dans les mises en scène de Tartuffe, c'est qu'il n'y en a pas.

Une des explications de cette divergence dans les interprétations est à chercher dans la complexité de l'histoire de la pièce. La première version s'est évaporée : après la représentation de mai 1664 à Versailles, le roi, malgré le plaisir qu'il y a pris, a choisi de l'interdire. La version finale de 1669, en cinq actes, qu'on joue depuis, est sensiblement différente. Il a fallu une bataille de cinq ans pour qu'elle parvienne à s'imposer. Les plus grandes des mises en scène successives enregistrent, consciemment ou non, ces failles et ces fractures.

Mais elles témoignent aussi du théâtre de notre temps : qui en fait ou veut en faire est nécessairement tenté de se confronter avec ce moment décisif de son histoire. On se souvient peut-être que Depardieu à sa haute époque fut un grand Tartuffe au Théâtre National de Strasbourg...

Evénement(s) lié(s)

Tartuffe

Les liens

Le site de référence sur l'œuvre de Molière créé par la ville de Pézenas Ce site, conçu dans un esprit de rigueur scientifique, est destiné à un public large. Aux étudiants ou lycéens qui recherchent des éléments d'information relatifs à Molière ; aux curieux et aux amateurs de théâtre qui s'intéressent à notre dramaturge, et aux chercheurs qui y trouveront un certain nombre d'outils de travail commodes.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.