>

A Alep, avant la guerre, la musique est la chose la plus sérieuse qui soit. Et son Conservatoire, que dirigea Fawaz Baker, un lieu de première importance.

Alep, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est aussi une ville à l’urbanisme très subtil. D’ailleurs, notre invité fut d’abord architecte. Et aussi un peu archéologue : les rénovations et restaurations qui, jusqu’à la veille de la guerre, mobilisaient de forts investissements étaient comme contraints de s’inscrire dans une longue durée de la ville.

Au long de l’année 2011, le mouvement de protestation contre le régime s’est déployé de plus en plus fortement. Les heurts sont devenus de plus en plus sérieux. En 2012, on peut parler de guerre, la ville est partagée entre

les hommes de Bachar et l’Armée syrienne libre. Fawaz Baker est en déplacement en Europe quand l’aéroport international est fermé, il renonce à rentrer.

Aujourd’hui, Daech s’est introduit dans le gouvernorat d’Alep. Les camps qui étaient en présence au départ sont soumis à la tentation perpétuelle de se diviser en milices délinquantes. Poutine, quand il fait bombarder la région, peut se permettre de se demander où est « l’opposition saine » à Bachar.

Se prépare néanmoins une autre Syrie. Dans la décomposition. Et la dissémination : plus d’un million de syriens se retrouvent ainsi au Liban, où Fawaz Baker intervient régulièrement.

Crédits photo : Vue panoramique de la vieille ville d'Alep en 2011 © cc - 2015 / Craig Jenkins

Evénement(s) lié(s)

Week-end à Oum Khaltoum

►►► ALLER PLUS LOIN : Fawaz Baker, invité de Zoé Varier dans "D'ici, d'ailleurs"

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.