Un talith, Keffieh, et une écharpe vendus à l'entrée de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem -
Un talith, Keffieh, et une écharpe vendus à l'entrée de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem - © cc / Michael Plutchok

Savons-nous situer précisément Lampedusa ? C’est, à proximité d’un passage maritime d’importance, le détroit de Sicile, une lointaine vigie qui ne fut occupée durablement par un état, en l’occurrence le royaume de Naples, qu’à partir du XIXème siècle.

Mais bien auparavant, il était à Lampedusa une grotte. On y trouvait un autel puis une statue de la Vierge. Mais aussi le tombeau d’un marabout. Dans le même espace venaient donc se recueillir des chrétiens et des musulmans. Les mêmes offrandes étaient déposées devant l’autel de la Vierge et devant la tombe du marabout. Des biscuits, du fromage, de l’huile, un peu d’argent…

Les parages de Lampedusa étaient déjà incertains. Y régnait ce qu’on appelait le corso, un commerce indémêlable qui associait la guerre de corsaires, les actes de piraterie et des échanges plus civils. A Lampedusa débarquaient sans cesse des esclaves dont on ne savait pas bien d’où ils venaient. Qu’ils fussent chrétiens ou musulmans, ils trouvaient dans la grotte de quoi se nourrir un moment, dans l’attente du navire d’une nation amie qu’ils guettaient en se dissimulant.

Aujourd’hui, la grotte serait bien trop petite pour répondre à l’afflux des étrangers. Et nous avons pris l’habitude, jusque dans les sanctuaires, des murs de séparation, des verres triple épaisseur et des gilets pare-balle. Il reste que les lieux saints le sont d’autant plus qu’ils ont la vertu d’associer. Associer ceux qui donnent leur surplus avec ceux qui cherchent le nécessaire. Associer les fidèles de différentes religions. Il arrive que nous nous révélions à nous-même par un moyen inattendu qui est la venue de l’autre.

Evénement(s) lié(s)

Les Lieux Saints partagés

Deux grandes séances parlementaires reconstituées par la Comédie Française

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.