Carte du département de la Corréze - Fonds Ancely - 1854
Carte du département de la Corréze - Fonds Ancely - 1854 © domaine public / Bibliothèque municipale de Toulouse

La vieille culture traditionnelle française enseignait qu’à chaque secteur du pays correspondait une manière d’habiter, de cuisiner, de parler qui s’emboitait dans les autres, d’une façon naturelle. Chacun connaissait les caractéristiques de son département et celles des autres : Corrèze, élevage important, industrie modeste, chef-lieu Tulle, sous-préfectures Brive et Ussel…

Nous sommes parvenus au bout de ce système de description et d’administration de la France. Le Petit Larousse donne encore un minimum d’indications à l’article Corrèze mais le Robert des noms propres, lui, renvoie carrément à l’article Limousin.

Un Limousin que la future loi territoriale soumettra à son tour à fusion. Les délégations les plus importantes de responsabilités devraient se faire dorénavant en faveur de 13 ou 15 régions, d’autant de métropole et, dans les départements très urbanisés en faveur des intercommunalités.

Mais alors qu’adviendra-t-il de la malheureuse Corrèze dont la principale ville dépasse à peine les 50000 habitants ? Dans son cas et dans celui de cinquante autres départements, son assemblée locale d’élus subsisterait.

Il nous est dit que la redistribution des pouvoirs se fait au nom de l’égalité des territoires. Si obscure soit-elle, on n’empêchera pas les ruraux d’y voir la consécration d’une France à plusieurs vitesses.

Collonges-la-Rouge, Correze
Collonges-la-Rouge, Correze © Tim Mannakee/Grand Tour/Corbis

Les liens

Société scientifique historique et archéologique de la Corrèze

Musée du président Jacques Chirac

Foire du Livre de Brive

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.