1. Apollinaire avait mis toutes ses forces dans un combat qu'il jugeait "fantastique".

Les mois avaient passé."Le carnage ressemble à une moisson" , disait Claudel. Peut-être mais la moisson dure moins longtemps.

Assaut sous les gaz - Aquatinte d'Otto Dix - 1924
Assaut sous les gaz - Aquatinte d'Otto Dix - 1924 © Museum of Modern Art - New York
  1. Interminable, la guerre se cessait de se renouveler. Apollinaire pensait plus que jamais qu'elle vérifiait les intuitions des avant-gardes qui l'avaient précédée. "Il n'y a pas plus cubiste qu'une guerre qui te divise un bonhomme en plusieurs morceaux et te l'envoie aux quatre points cardinaux" .

Dadaïstes, surréalistes pensaient de même : l'humanité étant renversée, comment l'art resterait-il debout ?

Evénement(s) lié(s)

1917

Colloque "1917 et après ?"

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.