Pourquoi l’Amérique ? Chateaubriand ne déteste pas les républiques et il est curieux de voir celle des Etats-Unis. Fidèle à Louis XVI, il rêve d’ouvrir le fameux passage du Nord-Ouest qui devra attendre le réchauffement climatique pour devenir une réalité.

Portrait de Chateaubriand par Anne-Louis Girodet
Portrait de Chateaubriand par Anne-Louis Girodet © Getty / Hulton Fine Art Collection

Pourquoi l’Amérique ? Chateaubriand ne déteste pas les républiques et il est curieux de voir celle des Etats-Unis. Fidèle à Louis XVI, il rêve d’ouvrir le fameux passage du Nord-Ouest qui devra attendre le réchauffement climatique pour devenir une réalité. Il s’aperçoit vite que c’est un songe creux de jeune homme de 23 ans.

Mais le lecteur de Rousseau qu’il est tient bon. Au moins va-t-il tenter de courir les bois, de  s’ensauvager, de retrouver, loin des villes et même des chemins… l’état de nature

Le retour, faute d’argent, intervient dès janvier 1792 : « je reviens, dit-il, sans esquimaux mais avec deux sauvages d’une espèce inconnue, Chactas et Atala ». Deux indiens de papier qui feront le succès du premier livre qui le rendra célèbre, en 1801.

Le parcours en Amérique, somme toute assez bref, irradiera ensuite l’œuvre entièreAtala, Les Natchez mais aussi L'Essai sur les révolutionsLe Génie du christianisme et bien sûr Les Mémoires d’outre-tombe. Les réminiscences d’outre-Atlantique surgissent un peu partout, Chateaubriand les met sans cesse  en correspondance avec sa mémoire d’autres voyages.

Avec les années, Chateaubriand ne sait plus très bien lui-même ce qui tient de son expérience de jeunesse, des notes qu’il a prises, de ses brouillons littéraires ou de ses lectures. En 1827, le voilà qui insère dans ses Œuvres complètes un texte intitulé Voyage en Amérique qui, paru quasi le dernier, est sensé rendre compte au plus près de l’expérience première mais il se fait un malin plaisir d’y mêler au témoignage du jeune homme ses réflexions d’ancien ministre des Affaires étrangères.

Quand paraît le Voyage en Amérique, ses cheveux blanchissent déjà et il médite sur le paysage et le voyage. Pendant le voyage, le reflet des images qui défilaient devant lui s’est inscrit dans sa pensée. En même temps, il a laissé de sa vie dans les lieux où il est passé et depuis, il vit encore des regards qui se sont portés sur lui.

Pour aller plus loin

Société Chateaubriand

Saint-Malo tourisme

L'Histoire en citations

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.