Semaine spéciale « 50 ans de France Inter.

La mission définie pour Inter, en 1963, était d'émettre en continu. C'est seulement une vingtaine d'années après que France Culture put proposer un programme de nuit. Ses auditeurs y perdirent le plaisir d'entendre La Marseillaise en ouverture et en clôture des programmes; ils y gagnèrent le privilège d'y entendre des rediffusions choisies. A Inter, en revanche, le choix fut longtemps de proposer le plus possible de direct.

Moustaki invité de "Studio de nuit" de Jean-Louis Foulquier, sept 1975
Moustaki invité de "Studio de nuit" de Jean-Louis Foulquier, sept 1975 © Radio France

On sait peu des auditeurs de la nuit. Ce sont des fêtards attardés et des insomniaques, dit-on par habitude. Et puis on se souvient de tous ceux qui, silencieux, travaillent dans l'obscurité. Mais les enquêtes de Médiamétrie qui mesurent les audiences les ignorent : or qui n'est pas pesé ne pèse pas.

Aux yeux de ceux qui œuvrent dans la logique impitoyable du jour et implacable de l'actualité, les auditeurs de la nuit touchent à l'invisibilité. Mais c'est justement l'invisibilité qui fait - ou faisait- la singularité de la radio. Invisibilité de qui parle, invisibilité de qui écoute. Jamais on n'est plus près de l'intimité de la radio que lorsque peu de producteurs et d'auditeurs tentent, dans leur solitude, de se faire "Maîtres du mystère".

Evénement(s) lié(s)

Deux grandes séances parlementaires reconstituées par la Comédie Française

Les liens

Site en hommage à l'émission de Jean-Charles Aschero Mini-site réalisé en hommage à l'émission de Jean-Charles Aschero diffusée sur France Inter de 1976 à 1996.

Comité d'histoire de la radiodiffusion « Les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion », revue trimestrielle, consacrent chacun de leurs numéros à un thème spécifique comme : la radio en Ile-de-France, le rôle des radios en mai 68, la radio de l’Algérie française, le Poste colonial ou une année radiophonique...

Radio Fañch Le blog de Fanch Langoët. Graphiste libéral,  profite toute la journée (ou presque) de la radio qu’il écoute tout en travaillant dans son atelier. Mais il peut tout aussi bien allumer son poste dans sa voiture lors de déplacements. Il apprécie également la réécoute en ligne et les podcasts qui sont des outils autrement plus pratiques que l’enregistrement manuel des anciennes cassettes.

Site de Radio France pour le Cinquantenaire Découvrir la Maison de Radio France de 1963 à aujourd'hui.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.