Sur la boucle du Niger, aux confins du Sahara et du Sahel, c'était le carrefour où s'échangeaient le sel, l'or, les esclaves, les livres aussi.

La Grande Mosquée Djingareyber de Tombouctou en 2004
La Grande Mosquée Djingareyber de Tombouctou en 2004 © Flickr / Dave Lantner

Les ressources de toutes les Afriques savaient trouver le chemin de la ville qui, à son zénith, au XVe-XVIe, était la clé d'un grand empire, celui des Songhaï, capitale Gao.

Aujourd'hui, des groupes islamistes extrémistes prétendent faire de toute cette zone leur terrain d’aventure. "Le sable du désert, menacent-ils, envahira bientôt les infidèles".

Une intervention militaire internationale dans la région semble programmée; elle sera en tout état de cause très compliquée.

Les populations risquent de servir de boucliers humains. Les mausolées des saints, déjà touchés, de cibles de propagande. Les innombrables manuscrits conservés en ville et alentour sont menacés aussi, alors qu'ils constituent un témoignage exceptionnel d'une tradition écrite en Afrique.

Les liens

Le Projet Manuscrits de Tombouctou Le Projet Manuscrits de Tombouctou de l’Université du Cap (UCT) se spécialise dans l’étude de divers aspects de l’écriture et dans la lecture des œuvres manuscrites de Tombouctou et d’ailleurs. La formation des jeunes chercheurs représente une partie intégrale de son activité.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.