La maison du Faune à Pompéi vers 1870
La maison du Faune à Pompéi vers 1870 © Giorgo Summer / Giorgo Summer

Pompéi et Herculanum étaient nés sur une terre généreuse mais dangereuse aussi. Depuis le XVIIIème siècle, l’archéologie rouvre les portes fermées par la catastrophe de 79. Depuis cette époque, le grand tour des voyageurs bien nés passe par Pompéi, la chose la plus intéressante, la plus amusante qu’on puisse rencontrer dit Stendhal. A l’époque du petit royaume de Naples, c’est encore une excursion réservée à des privilégiés triés. Après 1860, le site devient un enjeu de l’unification italienne ; Rome est capitale politique, Pompéi capitale archéologique : une stratégie plus scientifique, moins chaotique est mise au point et respectée dans un esprit de continuité.

Aujourd’hui, sans doute faut-il changer de braquet. Pompéi est entré en 1997 dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce qui signifie aussi qu’il faut encore développer la coopération internationale pour la sauvegarde du site et le développement de son exploitation scientifique.

A l’heure où le Musée Maillol à Paris propose une exposition sur l’art de vivre à Pompéi, voici l’histoire de la survie de Pompéi. Avec Claude Aziza, historien de l’Antiquité… fantasmatique.

Evénement(s) lié(s)

Pompéi, un art de vivre

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.