Longtemps, ce sont les congrégations religieuses mais aussi des femmes qui en faisaient leur métier, qui ont prolongé, au-delà du primaire, l’enseignement pour les filles. En pensionnat donc mais aussi en cours d’externat.

"Examens de jeunes filles àl'hôtel de ville" couverture du supplément illustré du Petit Journal (1895)
"Examens de jeunes filles àl'hôtel de ville" couverture du supplément illustré du Petit Journal (1895) © Getty / Chris Hellier

En 1867, le nouveau ministre de l’Instruction Publique, Victor Duruy fait observer que la question de l’enseignement secondaire des jeunes filles n’a encore jamais été vraiment posée.

Organisant des cours par abonnement dans les amphithéâtres des universités, il lance un mouvement auquel tente de s’opposer l’Église par la voix de Mgr Dupanloup : 

Les jeunes filles élevées sur les genoux de l’Église ne doivent pas tomber dans les bras de l’Université. 

Combat perdu, au final. La IIIe République inventera la formule ad hoc avec la loi Camille Sée qui organise les lycées de jeunes filles qui, dans un premier temps, ne sont pas destinés à préparer le bac mais un diplôme de fin d’études secondaires avant la terminale.

Mais les filles et leurs familles finiront par imposer la possibilité de passer le bac, les agrégations et les doctorats. À la veille de la Première Guerre mondiale, ces combats si importants sont en passe d’être gagnés.

Bibliographie

  • Les Bourgeoises au pensionnat. L'éducation féminine au XIXe siècle de Rebecca Rogers (PU Rennes).
  • La fabrique des filles. L'éducation des filles de Jules Ferry à la pilule de Françoise Thébaud, Rebecca Rogers (Textuel).
  • Les Demoiselles de la Légion d'honneur : les maisons d'éducation de la Légion d'honneur au XIXe siècle de Rebecca Rogers (Perrin).
  • L'éducation des filles au XIXe siècle de Françoise Mayeur (Perrin).
  • L'éducation des filles au temps des Lumières de Martin Sonnet (CNRS).
  • Professeurs... mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au XXe siècle de Marlaine Cacouault-Bitaud (La Découverte).
  • Paul Bert. L'inventeur de l'école laïque de Rémi Dalisson (Armand Colin).
  • Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire de Ferdinand Buisson (Laffont).
Les invités
  • Rebecca RogersProfesseure d'histoire de l'éducation à l’université Paris Descartes et co-directrice de Clio. Femmes, Genre, Histoire?
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.