Rediffusion du 27/04/2015

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2015/04/5ebfdea6-e9bc-11e4-bab6-005056a87c30/640_chiran-high-school-girls-wave-kamikaze-pilot.jpg" alt="Lycéennes japonaises saluant Toshio Anazawa, un pilote kamikaze, avec des banches de cerisiers en fleurs le 12 avril 1945" width="640" height="405" />
Lycéennes japonaises saluant Toshio Anazawa, un pilote kamikaze, avec des banches de cerisiers en fleurs le 12 avril 1945 © domaine public
Non seulement les officiers japonais, fait inouï dans l’histoire militaire, ont demandé en octobre 1944 à des pilotes de se transformer eux-mêmes en armes mais bientôt ils les ont encouragés à écrire des journaux et des lettres qui, un peu plus tard, au printemps 1945, sont presque devenus un genre littéraire.

En voici une datée du 28 avril il y a soixante-dix ans : « Les fleurs de cerisier doivent être en train de commencer à tomber à Tokyo. Ce serait triste que je tombe moi-même avant les fleurs de cerisier. Tombez, tombez, fleurs de cerisier, il serait injuste que vous continuiez à fleurir alors que je meurs. »

A la fin de la guerre du Pacifique, les chefs japonais ont abandonné plus d’un demi-million d’hommes de troupe qui ont divagué sur place, mourant de faim. En Mandchourie, sans hésiter à perdre la face, ils en ont livré, captifs, à peu près autant aux Soviétiques. Qui se souvient de ces japonais-là ? Notre mémoire est sélective, qui a été préparée à privilégier quelques milliers de kamikazes.

Mais de cette poignée d’hommes, notre souvenir est-il si juste ? Peut-être avaient-ils moins le choix de leur destin qu’on ne l’a dit. Et l’extension présente, omniprésente, du mot, jusqu’où est-elle exacte ? Les kamikazes appartenaient à une armée impériale ; les jeunes gens d’aujourd’hui qui se font exploser sur les places publiques et les marchés meurent non pour une nation mais pour une … cause.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.