Maurice Genevoix
Maurice Genevoix © Coll. Sylvie Genevoix / Coll. Sylvie Genevoix

En juillet 1968, Maurice Genevoix accompagnait de Gaulle dans l'Aisne, en vieux pays capétien, pour célébrer la seconde victoire de la Marne.

Les deux hommes se tenaient au pied d'un monument hors du commun : huit hommes y figurent tous "Ceux de 14", huit hommes de huit mètres de haut, les yeux clos. Morts.

Ce jour-là, le général évoqua la France. Genevoix lui succéda : "Mes camarades, mes camarades, c'est pour vous tous que je parle", puis il tenta de glisser la main des jeunes hommes morts de la Grande Guerre dans la main des soixante-huitards.

Un pays est fait de ses morts et de ses vivants. Et aussi bien, même mieux, de ses paysages anciens que de son urbanisme moderne. Il y a toujours des professeurs des écoles qui tentent de faire imaginer aux enfants du XXIe siècle le temps où les maisons avaient des persiennes en bois que le soir, on fermait sur les rêves, en écartant les haies de glycines. Ces instituteurs-là tirent leurs dictées de "La dernière harde", "Raboliot", "La boite à pêche". Et ils terminent toujours ainsi- tant de générations de Français ont entendu cette formule ! :"Point final, Maurice Ge-ne-voix".

Les liens

L’association « Je me souviens de Ceux de 14 » L’association « Je me souviens de Ceux de 14 » se propose de rassembler autour de la figure de Maurice Genevoix les personnes qui souhaitent commémorer le début de la Grande Guerre. Son objectif n’est pas seulement de présenter des documents, des témoignages ayant trait à Maurice Genevoix et à son œuvre, ainsi qu’au 106e RI, il est aussi de permettre à chacun d’apporter son témoignage et ses documents personnels sur la Guerre, afin de constituer une grande bibliothèque numérique dédiée à la mémoire des combattants de 14.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.