Ce jour-là, le général évoqua la France. Genevoix lui succéda : "Mes camarades, mes camarades, c'est pour vous tous que je parle", puis il tenta de glisser la main des jeunes hommes morts de la Grande Guerre dans la main des soixante-huitards.

Maurice Genevoix, en avril 1980, France.
Maurice Genevoix, en avril 1980, France. © Getty / Micheline PELLETIER/Gamma-Rapho

Les deux hommes se tenaient au pied d'un monument hors du commun : huit hommes y figurent tous "Ceux de 14", huit hommes de huit mètres de haut, les yeux clos. Morts.

Un pays est fait de ses morts et de ses vivants. Et aussi bien, même mieux, de ses paysages anciens que de son urbanisme moderne. Il y a toujours des professeurs des écoles qui tentent de faire imaginer aux enfants du XXIe siècle le temps où les maisons avaient des persiennes en bois que le soir, on fermait sur les rêves, en écartant les haies de glycines. Ces instituteurs-là tirent leurs dictées de "La dernière harde", "Raboliot", "La boite à pêche". Et ils terminent toujours ainsi- tant de générations de Français ont entendu cette formule ! : "Point final, Maurice Ge-ne-voix".

Retour sur les grandes guerres de Maurice Genevoix

Celui qui n'a pas compris avec sa chair, celui-là ne peut en parler.

En 1914, Maurice Genevoix a 24 ans, il réussit brillamment les examens d'entrée à l'Ecole normale supérieure et entame de grandes vacances. Qui sont brusquement interrompues. Il est mobilisé. 

Nous abandonnions un monde qui avait, non pas ses tabous, mais ses croyances, ses critères, qui étaient bâtis sur tout un ensemble de réalités sociales et morales. Du jour au lendemain, tout cela avait basculé et tout était remis en question.

Michel Bernard nous raconte les batailles auxquelles Genevoix a assistées, face à l'horreur et à la mort : "c'est l'une des choses les plus douloureuses qu'il ait vécues, c'est de tirer dans le dos de soldats allemands". L'écrivain raconte le parcours de ce normalien au cœur des tranchées entre le devoir, le patriotisme et l'absurdité de cette guerre qui fauche ses amis, et les soldats qu'il dirige. 

Ecoutez la suite...

Les liens

L’association "Je me souviens de Ceux de 14" se propose de rassembler autour de la figure de Maurice Genevoix les personnes qui souhaitent commémorer le début de la Grande Guerre. Son objectif n’est pas seulement de présenter des documents, des témoignages ayant trait à Maurice Genevoix et à son œuvre, ainsi qu’au 106e RI, il est aussi de permettre à chacun d’apporter son témoignage et ses documents personnels sur la Guerre, afin de constituer une grande bibliothèque numérique dédiée à la mémoire des combattants de 14.

Les invités
Les références
L'équipe
Contact