Rediffusion du 16/05/2014

L'Inde traditionnelle face à la mondialisation
L'Inde traditionnelle face à la mondialisation © / Adam Jones

Il y avait eu le temps de "l'Etat père et mère" puis l'Inde adopta le capitalisme à bras ouverts. Le ministre des Finances de la réforme du début des années 1990 proclamait : "Le monde doit comprendre que l'Inde a changé." La croissance tutoyait, fort heureusement, les 10% l'an et alors que le pays franchissait avec le millénaire, le milliard d'habitants, le nombre des personnes au-dessous du seuil de pauvreté diminuait.

Néanmoins la croissance fatigue ceux qui courent avec elle vers des villes aux infrastructures engorgées et qui craquent de partout. Et la croissance s'épuise aussi elle-même. Ces derniers temps, elle est retombée à 4, 5%. Après le temps de l'explosion, celui de l'interrogation. L'industrie high-tech, ce ne sont que quelques petits millions d'emplois, peu de chose dans un pays dont la population sera bientôt la plus nombreuse du monde tandis que la terre est sous-utilisée par l'agriculture, dévorée par l'urbanisation.

Et c'est à ce moment que sont intervenus en 2014 les seizièmes élections législatives du sous-continent. Des élections qui ont duré sept semaines, 815 millions d'inscrits, une dépense de plus de 30 dollars par électeur. Le scrutin le plus gigantesque qu'ait jamais connu l'histoire.

Apparition d'usines dès les années 1880 à Hyderabad, en plein coeur de l'Inde traditionnelle
Apparition d'usines dès les années 1880 à Hyderabad, en plein coeur de l'Inde traditionnelle ©

Les liens

Site officiel d'Akah Kapur

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.