Cour de l'église du souvenir du génocide de Karongi-Kibuye au Rwanda en 2012
Cour de l'église du souvenir du génocide de Karongi-Kibuye au Rwanda en 2012 © cc / Adam Jones

Le génocide des Tutsis est la conséquence de la construction sans cesse reprise à nouveaux frais d'une opposition racialiste entre hutus et tutsis.

Les colonisateurs et les missionnaires s'émerveillèrent d'abord des qualités des tutsis : enfin des africains qui ne soient pas des "nègres"... Longtemps, ils s'appuyèrent sur eux. Puis, à la fin des années 1950, changement de cap : la décolonisation s'accompagne d'une "révolution sociale" et de la promotion du "peuple majoritaire", les hutu. Les deux républiques qui se succèdent à partir de 1962 n'imaginent pas asseoir leur légitimité sur autre chose que la souveraineté des seuls hutus. Pendant la première, se répètent des violences récurrentes qui poussent de très nombreux tutsis à l'exil. La seconde, celle d'Habyarimana, parvient un moment à établir une apparence de paix. Mais quand le pays, plein comme un œuf, entre en crise économique et qu'à la même époque, à la fin des années 1980, les pays bailleurs lui recommandent le multipartisme, le régime aux abois choisit, plutôt que l'ouverture, la stratégie de la tension raciale.

Les descendants d'exilés tutsis qui ont rejoint le FPR de Kagamé, tentent d'entrer militairement par le Nord et l'Est. Le président Habyarimana accepte une négociation pour un futur partage du pouvoir : ce sont les accords d'Arusha en août 1993. Mais le clan qui demeure aux affaires fait monter les enchères. L'ombre du génocide avance.

Cent jours suffiront à faire plus de 800 000 morts. Ce n'est pas sa prévisibilité qui distingue, hélas, le génocide des tutsis au Rwanda, c'est sa fulgurance. Et son caractère public. Le pays est un charnier à ciel ouvert où Radio Mille Collines invente le génocide à micro ouvert.

Les liens

Exposition itinérante : Le génocide des Tutsi au Rwanda En 1994, en moins de cent jours, étaient exterminées plus d’un million de personnes au Rwanda, un petit pays d’Afrique centrale. En hommage aux victimes du plus grand génocide de l’après Shoah, et afin d’y sensibiliser le public, en particulier les collégiens et lycéens de France, le Conseil Régional d’Ile de France et le Mémorial de la Shoah proposent à travers cette exposition une entrée sur les génocides du XXe siècle. Dans un premier temps, l’exposition retrace l’histoire des génocides qui ont jalonné le XXe siècle. La mise en perspective du massacre des Tutsi avec celui des Herero, des Arméniens ou des Juifs permet une réflexion sur la notion même de génocide. A partir de cette vision d’ensemble, une deuxième partie s’attache plus précisément à décrire le génocide rwandais. Ce second pan de l’exposition reprend l’histoire du conflit entre Tutsi et Hutu, explique le contexte dans lequel a eu lieu le génocide et présente des dessins réalisés par des enfants témoins du génocide. Le dernier panneau, qui explique comment les Nations-Unies auraient pu éviter ce génocide, sert de conclusion.

Le 15e anniversaire du génocide rwandais sur Arte Toute la programmation

Un site des transcriptions de programmes de la RTLM

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.