C'est un témoin exceptionnel que vous allez entendre. Elle est octogénaire quand elle est enregistrée très longuement, en 1966 par l'ORTF. Le confrère qui l'interroge est resté anonyme, et cette conversation, d'ailleurs, a-t-elle jamais été diffusée.

Une rue d'Odessa après les affrontements lors de la Révolution de 1905
Une rue d'Odessa après les affrontements lors de la Révolution de 1905 © domaine public

Les extraits ici choisis concernent le séjour de Suzanne Girault pendant près de vingt ans en Ukraine (elle dit Russie). Elle est préceptrice dans des familles de la haute société où elle enseigne en français. Un français, vous allez l'entendre, parfait de précision et d'élégance. Au début du siècle, en Ukraine, la revendication nationale est forte. La révolution de février 17, puis les tremblements de terre d'après octobre vont permettre au mouvement d'indépendance de se déployer. Mais Suzanne Girault, elle, est partie prenante du mouvement ouvrier russe. C'est la prise du pouvoir par les bolcheviques qui l'intéresse. De retour en France, elle sera d'ailleurs un instant, au milieu des années 1920, la personnalité numéro un du Parti Communiste Français. Et en dépit des avanies qu'elle y subira, elle lui restera fidèle. Elle sera ainsi pendant toute la Quatrième République, sénateur de la Seine. Vous allez constater qu'en 1966, au moment de cet entretien, elle n'est pas vraiment retirée du débat politique.

Evénement(s) lié(s)

Les témoins de l'histoire

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.