Terrorisme, tensions commerciales, relance ce la course aux armements, recours au discours de la guerre chez de plus en plus de dirigeants… On sent bien que les dangers guettent .

L'évolution du renseignement
L'évolution du renseignement © Getty / Monty Rakusen

Eh oui, il y a des ennemis. Le monde présent ne ressemble pas à la postmodernité tranquille qui nous avait souvent été  promise. L’Europe, en particulier, ne peut plus ressembler  à ce qu’elle fut longtemps sous le parapluie américain. Les deux derniers présidents des Etats-Unis  laissent entendre à tout bout de champ qu’ils ne souscriront plus  avec nous  le même contrat d’assurance-vie qu’auparavant.

Terrorisme, tensions commerciales, relance ce la course aux armements, recours au discours de la guerre chez de plus en plus de dirigeants… On sent bien que les dangers guettent .

En conséquence, le renseignement devient de plus en plus important

Il est devenu une fonction fondamentale. Il ne prétend pas à une connaissance à 360 degrés mais on attend de lui une capacité d’anticipation et une réduction de l’incertitude.

S’il fascine par ses aspects romanesques, le renseignement, par tradition, est louche. Encore plus louche quand il est amené à lancer des opérations-commandos à l’extérieur et qu’il accorde même le permis de tuer à des engins sous pilotage automatique. Les démocraties, pour se maintenir dans un contexte mondial qui leur est de plus en plus défavorable, ont besoin du renseignement mais c’est en démocratie que le renseignement s’exerce. Avec des procédures de contrôle. Et là encore, l’attitude de l’actuel président américain interroge : il s’émancipe des alliances mais aussi du langage traditionnels. Et aussi parfois des règles intangibles de la protection des données du renseignement.

Les règles en la matière sont en effet autrement plus subtiles que la loi du plus fort et la guerre de tous contre tous.

Programmation musicale : Extrait de la BOF "Espion lève-toi" d'Ennio Morricone

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.