Illustration de la page de titre du roman "Le chevalier de Maison-Rouge" de Dumas - gravure d'Eugène Lampsonius - 1853
Illustration de la page de titre du roman "Le chevalier de Maison-Rouge" de Dumas - gravure d'Eugène Lampsonius - 1853 © domaine public

Maurice Lindey, souvenez-vous, c’est le personnage central du Chevalier de Maison Rouge. Un bon républicain, lieutenant de la garde Nationale et secrétaire de section mais submergé de désir devant Geneviève Dixmer.

Pour entrer dans le passé, il y a la méthode des « Visiteurs »: Jacquouille pénètre par effraction en pleine Révolution et brutalement, se retrouve devant Robespierre. C’est le choc, destiné à nous faire rire.

Et il y a la méthode Pierre Bayard, tout en subtilité. Notre témoin de ce vendredi, sans tapage inutile, va ainsi se glisser dans le corps de Maurice Lindey, le héros du Chevalier de Maison Rouge. Il va le faire sans tapage, presque incognito. Il sera le personnage de Dumas tout en gardant ses caractères propres de Pierre Bayard, écrivain et professeur de 2016. Le dispositif est excitant : il permet de réécrire une œuvre à l’épreuve de sa propre personne.

D’autant que Pierre Bayard se transporte – ou plutôt se délègue dans une époque terrible. En 1793 les républicains sont entièrement mobilisés contre la coalition des ennemis de l’extérieur et de l’intérieur tandis que les monarchistes sont dans la déréliction : le roi a été exécuté, la reine, prisonnière au Temple, attend de l’être.

Comment Pierre Bayard va-t-il se comporter dans un moment où il faut sans cesse faire des choix ? On se demande souvent à quoi sert l’histoire. Eh bien, elle peut au moins servir à la connaissance de soi. Tout en continuant à nous donner du plaisir.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.