Les discoboles du stade olympique de Berlin
Les discoboles du stade olympique de Berlin © Jared Earle / Jared Earle

Dans Le Dictateur , Chaplin avait vu juste. Les Excellences du film parlent latin; à leur passage, la Vénus de Milo qui a opportunément retrouvé ses bras, fait le salut nazi. Le nazisme a pillé l'Antiquité.

La référence aux Grecs était une vieille affaire outre-Rhin: la nation, tardivement constituée, avait besoin de références anciennes, elle en avait trouvé beaucoup dans l'hellénisme. Le national-socialisme les manipula ensuite à sa façon.

Et il ajouta à sa panoplie les trophées de l'Empire romain. L'objectif était de coloniser comme lui et même de faire mieux que lui: construire des monuments plus grands, des routes plus longues et durer encore plus longtemps.

La chute intervient plus vite que prévu mais Hitler la mit en scène comme s'il s'agissait d'un autre combat de Leonidas: on se souvient que le chef spartiate avait jeté théâtralement ses dernières troupes dans la gueule de l'ennemi.

Les Jeux Olympiques de 36 pour commencer, Sparte pour finir et, entre les deux, lesexempla de Rome, Hitler se voyait comme un autre Prométhée, projetant ses feux sur l'Europe.

Evénement(s) lié(s)

Le sport européen à l'épreuve du nazisme

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.