Trébizonde, Nicée, l'ancien monastère byzantin du Stoudion... Les projets de transformation d'anciens édifices chrétiens sont nombreux dans la Turquie d'Erdogan. Son vice Premier ministre a cependant fait sensation en proposant le retour de Sainte Sophie au culte musulman : "AyaSofia est triste, a-t-il dit, j'espère que nous la reverrons sourire bientôt." C'était non pas une provocation mais un test pour mesurer la détermination des adversaires du gouvernement.

La mosquée Sainte-Sophie à Constantinople vers 1910
La mosquée Sainte-Sophie à Constantinople vers 1910 © Library of Congress / Bain News Service

Ceux-ci sont maintenant légion. Depuis décembre, Erdogan se dit assiégé par "les différentes forces des ténèbres globales". A l'intérieur, les juges, les laïques, la confrérie Gülen, le président de la République lui-même peut-être; dans la région, les gouvernements hostiles aux Frères Musulmans; plus loin, les agents occidentaux de la "désinformation".

La roue tourne pour lui. Mehmed II, le conquérant de Constantinople, le disait déjà : "l'araignée tisse ses tentures dans l'ancien palais des Césars." Ce qui ne signifie pas que le projet d'AyaSofia n'aboutira pas. Il n'est pas des plus difficiles à réaliser, il est hautement symbolique et, en Turquie comme en France, se tiennent en mars des élections municipales.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.