Le 8 juin 1940, le front de la Somme commence à être crevé; les jours qui suivent, les Allemands entament une autre offensive en Champagne et en Bourgogne tandis que les Italiens entrent en guerre...

Soldats britanniques lors de la bataille de la Somme en juin 1940
Soldats britanniques lors de la bataille de la Somme en juin 1940 © Getty / Mondadori Portfolio

Série "La tragédie de juin 40"

Depuis sa nomination en catastrophe le 20 juin, Weygand, le nouveau général en chef faisait preuve d'une grande énergie malgré ses 73 ans. "Je n'ai qu'un reproche à vous faire, disait Churchill avec son humour habituel, vous êtes un peu... jeune !"

Weygand voulait retenir l'ennemi sur une ligne Somme-Oise-Aisne, avec un système de défense fait d'un réseau de points fixes, les "hérissons" qui devaient demeurer actifs dans les quatre directions.

Les lignes françaises ne connurent pas de défaillances humaines mais le rapport de forces était par trop défavorable.

Le 8, le front de la Somme commence à être crevé; les jours qui suivent, les Allemands entament une autre offensive en Champagne et en Bourgogne tandis que les Italiens entrent en guerre.

Pour Weygand, c'en est fini. Il ne croit ni en la détermination des Anglais ni en la possibilité de se replier en Afrique du Nord. Pour lui, il n'est d'autre issue qu'une paix séparée, une fois sauvé l'honneur de l'armée française. Il poursuit le gouvernement Reynaud qui a quitté Paris de ses avertissements: demandez les conditions d'un armistice et signez-le.

De Gaulle, nouveau sous-secrétaire d’Etat à la Guerre soutient qu'il est d'autres perspectives. La question demeure. 

Et surtout le soupçon ne peut être levé sur le général Weygand : il poursuivait aussi un but politique. Le cauchemar de la défaite était aussi pour lui le moyen d'éliminer le régime républicain qu'il détestait.

Max Schiavon donnera ce lundi 8 juin à 18H30 une visio-conférence "Juin 40 : la bataille des Alpes une bataille victorieuse dans la bataille de France".

Exposition Comme en 40, du 17 septembre 2020 au 10 janvier 2021 au Musée de l'Armée à Paris. Cette exposition a pour ambition de mettre en lumière l’ensemble de la situation française, tant des points de vue militaires, politique, stratégique, économique, qu’idéologique, sociaux et culturels. Elle sera divisée en deux grandes parties, la France en guerre, ainsi que la  défaite française et la poursuite des combats par la France libre et la résistance.

Bibliographie :

  • Les Français de l'an 40 de Jean-Louis Crémieux-Brilhac (Gallimard)
  • Juin 40 de Gilles Ragache (Perrin)
  • Weygand, l'intransigeant de Max Schiavon (Tallandier)
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.