Louvre antiquité egyptiennes corps de femme
Louvre antiquité egyptiennes corps de femme © Musée du Louvre, Departement des Antiquités Egyptiennes, Sully

L'évolution du statut des femmes en Egypte est aussi disputée qu'elle est ancienne. Entamée dès le mouvement indépendantiste, il y a un siècle, elle ne suit pas du tout un parcours régulier, encore moins tranquille.

Il s'avère impossible de la baliser par les moyens rassurants habituels: la progression de l'instruction, celle de l'emploi. C'est qu'en Egypte, lorsqu'il y a croissance, les écarts sociaux ne diminuent pas; paradoxalement ils se creusent. D'un côté, les femmes du peuple portent le poids écrasant de la misère. De l'autre, dans la bourgeoisie, les hommes imposent leur système, jouisseur et inspiré des modèles des pays du Golfe.

Dans ces conditions, la loi est le chemin. Mais sa rédaction est constamment objet de pressions et de contradictions. Les ulémas (ou oulémas) veulent infuser la charia, mesure après mesure, dans le code de la famille. Leurs adversaires insistent: la conformité aux préceptes islamiques, c'est une chose, l'égalité, c'en est une autre qui ne se discute pas.

De la place que les femmes parviendront à occuper demain, dépendra le nom que l'histoire donnera au grand mouvement populaire égyptien éclos depuis le 25 janvier 2011 et qui ressemble de plus en plus à une énigme.

Evénement(s) lié(s)

Révolutions arabes, révolutions des femmes ? 8 mars, 8 femmes

Les liens

La Règle du jeu - La démocratie égyptienne : une affaire d’hommes ! de Ayyam Sureau

Extraits du feuilleton "El Hag Metwally" - Intro

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.