Dans un des livres qui surgissent enfin en chinois sur les années longtemps qualifiées, officiellement, "de difficultés" et "de catastrophes nationales", une professeur de Hong Kong ose la comparaison avec l'holocauste. Elle vaut ce qu'elle vaut mais il est arrivé que le mot soit utilisé par les communistes chinois dans une note interne.

Affiche de propagande utilisée par le gouvernement chinois en 1958 pour vanter la réussite du Grand Bond en avant
Affiche de propagande utilisée par le gouvernement chinois en 1958 pour vanter la réussite du Grand Bond en avant © cc

Le rapprochement avec le nombre de morts de la Première Guerre a été fait aussi : il semble qu'il y en ait eu davantage pendant la plus grande famine que le monde ait connue.

Une tragédie de cette ampleur ne peut être seulement la conséquence de circonstances malheureuses. Il a fallu que, pendant trois ans, se répètent des décisions politiques erronées. Néanmoins, à son invité Khrouchtchev, le numéro un soviétique qu'il force à discuter dans sa piscine, chacun le ventre bien tendu par sa bouée, Mao déclare, l'été 1958: "C'est au cours de ce Grand Bond en avant que j'ai eu une joie complète" .

Evénement(s) lié(s)

La grande famine de Mao

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.