Bien avant d'être largement connue comme porte-parole du mouvement de défense des otages du Liban, Joëlle Brunerie-Kauffmann, au début des années 1970, exercait modestement au dispensaire d'Aubervilliers: les femmes d'ouvriers français et immigrés s'y rendaient pour autre chose et en venaient à poser timidement des questions sur le contrôle des naissances.

Joëlle Brunerie-Kauffmann en juillet 2008
Joëlle Brunerie-Kauffmann en juillet 2008 © radio-france / Stéphane Rozencwajg

Joëlle Brunerie-Kauffmannn a été formée par le Planning familial. Avec elle, c'est l"histoire de ce mouvement que nous allons retrouver. Les médecins et les hommes y jouaient un rôle éminent au départ. Et puis il y eut dissémination des savoirs, démocratisation des conduites. Nous étions dans l'après-68, à l'époque des Lip de Besançon. En parallèle se constituait un nouveau féminisme qui faisait du corps et de la sexualité des objets politiques. Le congrès de 1973 marque une coupure dans l'histoire du Planning avec l'avènement au premier rôle d'une génération de militantes qui ne craignaient pas la convergence avec ces mouvements.

Comme Simone Iff, comme d'autres -elles n'aimaient pas mettre en avant un seul nom, Joëlle Brunerie-Kauffmann en était.

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2013/10/66968fe2-34f1-11e3-9f7b-782bcb6744eb/640_dossier_lienemission.jpg" alt="lien image dossier les témoins de l'histoire" width="639" height="150" />
lien image dossier les témoins de l'histoire © Radio France

lien image dossier les témoins de l'histoire
lien image dossier les témoins de l'histoire © Radio France

Les liens

Archives du féminisme

La bibliothèque Marguerite Durand

Centre des archives du féminisme de l'Université d'Angers

Emissions A VOIX NUE avec Joëlle Brunerie-Kauffmann

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.