Le passage du Rhin en 1672 par Adam-François Van der Meulen
Le passage du Rhin en 1672 par Adam-François Van der Meulen © Musée du Louvre / Musée du Louvre

Un personnage mythologique : patriarche à la barbe emmêlée de roseaux, dissimulant un trésor gardé par des divinités aquatiques.

Une puissance physique : né des glaciers, il avance, terrifié, entre d'immenses précipices mais il finit par s'imposer, s'étendre et baguenauder tranquillement.

A Rotterdam, au bout d'un parcours de 1300 kilomètres, il est définitivement fleuve européen et s'en satisfait.

Victor Hugo disait qu'en 30 siècles, il avait tutoyé 30 peuples. On le suivra aujourd'hui sur un temps moins long avant que, broyé entre deux nationalismes, il ne devienne frontière sacrée de la France, fleuve sacré de l'Allemagne.

Voici donc le Rhin tel qu'il fut jusqu'au XVIIe siècle des Bourbons. Le Rhin unificateur, couloir ouvert à l'esprit de liberté. La construction de deux grands états, de part et d'autre de ses rives, a cassé son histoire. La construction européenne d'après-guerre lui a offert une nouvelle chance mais on sait combien celle-ci est fragile.

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.