Signatures sur le Traité instituant la CEE en 1957
Signatures sur le Traité instituant la CEE en 1957 © cc / Zinneke

Il y a la politique traditionnelle et il y a la politique créative. A Luxembourg, aux débuts de la CECA, Georges Berthoin fut l'un des proches de Jean Monnet, administrateur en mission dans des bureaux de hasard logés aux Chemins de fer luxembourgeois. Ensuite il anime la délégation de la Communauté Economique du Charbon et de l'Acier à Londres : ce n'est pas facile non plus de lui trouver un siège, les habitants des quartiers chics craignent qu'on n'installe des tas de charbon et de ferraille devant leurs bow-windows.

Monnet imagina l'hypothèse de différentes communautés spécialisées après la CECA. Ce fut finalement un Marché commun qui ouvrait la voie à une Communauté avec une Commission, un Conseil des ministres, un Parlement, une Cour de justice. Tout cela était aussi dans les têtes dès les années 1952-1953.

Quelles têtes? Pas celles de la majorité des parlementaires. Pas celles des intellectuels qui pensaient généralement à l'époque à autre chose et que Monnet appréciait modérément. Non, celles de quelques inspirateurs. Une poignée de grands dirigeants que les circonstances avaient réuni au pouvoir en même temps : Adenauer, Schuman, Gasperi, Spaak... Et, dans l'ombre, il y avait aussi quelques pragmatiques à la recherche de résultats. Les hommes qui écrivent les papiers qui comptent, disait Monnet.

Georges Berthoin en fut. Il a été l'un des opérateurs, discret, de la communauté européenne, qui se voulait processus d'apprentissage, de "civilisation" des états et des êtres.

Jean Monnet et Konrad Adenauer, deux pères fondateurs de l'UE
Jean Monnet et Konrad Adenauer, deux pères fondateurs de l'UE ©
Les 6 pays membres de la CECA en 1952 : la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l'Italie
Les 6 pays membres de la CECA en 1952 : la France, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l'Italie ©
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.