En direct et en public depuis les 18ème Rendez-vous de L’Histoire de Blois

Untung Surapati tuant le capitaine Tack à Kartasura en 1684 - peinture javanaise vers 1890
Untung Surapati tuant le capitaine Tack à Kartasura en 1684 - peinture javanaise vers 1890 © cc / Tropenmuseum

Longtemps, en Europe, nous avons utilisé l’expression flatteuse de « grandes découvertes ». À nos yeux, elles constituaient la preuve et la preuve indiscutable, de l’entrée de notre continent, le premier et de loin, dans la modernité.

Depuis longtemps, de grands historiens nous prévenaient de la suffisance de ce point de vue. C’est bien, disait Fernand Braudel, de voir le monde comme une bouteille mais pourquoi faut-il toujours la tenir par le goulot de l’Occident ?

Ce qui s’appelle l’histoire globale est née de réflexions de ce genre. Elle a le mérite de nous obliger à nous déplacer d’un point à l’autre du globe, à grandes enjambées.

Reste à faire tout un travail de dépaysement, à changer de regard, à observer les rencontres telles qu’elles se sont produites, au ras des hommes : les empires occidentaux, ainsi qu’on les nomme, sont en réalité de grandes structures fragiles qui cherchent à s’adapter à des situations toujours différentes. Les historiens qui les observent ressemblent à des électriciens perplexes qui se demandent comment ont pu se former les connexions et les circulations.

Evénement(s) lié(s)

Les rendez-vous de l'histoire de Blois

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.