GREVE USINE CITROEN AULNAY SOUS BOIS MEETING AVANT LA GREVE DE 24 HEURES le 17 mars 1983
GREVE USINE CITROEN AULNAY SOUS BOIS MEETING AVANT LA GREVE DE 24 HEURES le 17 mars 1983 © PHOTOPQR/LE PARISIEN/EMMANUEL PAGNOUD

C’était l’époque des lois sur l’expression des travailleurs, que défendait Jean Auroux : on parlait de printemps de la dignité. L’industrie automobile française entrait dans son automne mais n’en avait pas vraiment conscience. PSA perdait de l’argent depuis 1980 mais comptait encore 180 000 salariés dans 8 usines Peugeot, 8 usines Talbot, 18 usines Citroën.

Trois grandes grèves secouent successivement le groupe : à l’atelier de carrosserie de Peugeot Sochaux en octobre 1981, dans l’ensemble de l’usine de Citroën Aulnay en mai 1982, à Talbot Poissy le mois suivant. Ces mouvements qui connaissent un grand écho font de l’O.S qui travaille à la chaîne une figure de proue. Le médiateur que nomme le gouvernement affirme qu’il faut lui ouvrir des « filières de libération ».

Or il se trouve que les OS sont de plus en plus des immigrés. Mais, en 1982, ils ne sont pas encore présentés de manière systématique comme tels. C’est progressivement qu’ils vont l’être, à la faveur notamment du changement d’axe qui se produit peu après. Les difficultés économiques manquent d’abattre le groupe PSA qui va couper la branche Talbot. A Poissy, le nouveau conflit qui s’ensuit en décembre 1983 est marqué par des traits très différents. Les ateliers sont plus divisés, il arrive qu’on y crie : « Les arabes à la Seine »…

Les ouvriers immigrés avaient commencé à s’imaginer un avenir en France, leurs enfants organisaient cette année-là la marche des beurs : bientôt, le rendez-vous serait manqué.

Evénement(s) lié(s)

Deux grandes séances parlementaires reconstituées par La Comédie Française

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.