Tzvetan Todorov vient de nous quitter à la veille de ses 78 ans...

Le philosophe Tzvetan Todorov est décédé ce mardi 7 février 2017
Le philosophe Tzvetan Todorov est décédé ce mardi 7 février 2017 © AFP / LEONARDO CENDAMO

Tzvetan Todorov vient de nous quitter à la veille de ses 78 ans. C’était un homme dépaysé qui avait quitté la Bulgarie dans les années 1960 pour travailler à Paris. Il y a été un de nos grands intellectuels chevauchant à califourchon sur la linguistique, la philosophie, l’histoire : sa réputation internationale était aussi grande que sa discrétion sur la scène des médias, la puissance de sa présence était à la mesure de sa modération.

Son expérience de la Bulgarie communiste l’avait fait rejoindre le combat anti-totalitaire mais il n’en resta pas là ; il critiquait fortement notre société démocratique tombée dans le conformisme et travaillée par les tentations autoritaires. Dans ce double mouvement de lucidité, il affirmait le même attachement à un idéal. Idéal et non pas idéologie : la vie humaine n’a pas de drapeau. Ce qui l’intéressait ce n’étaient pas les idées en soi, c’étaient les idées incarnées. De même que, lorsqu’il avait étudié les techniques narratives à l’œuvre dans la littérature, ce qui l’intéressait d’abord c’était la littérature. La signature humaine en somme.

Pour Todorov, le XXème siècle avait été le siècle des totalitarismes mais fort heureusement aussi celui des femmes. La constance que manifesta Germaine Tillion, dans ses travaux d’ethnologue et dans son attitude de résistance, à signer sa vie lui firent consacrer beaucoup de temps à sa mémoire. Nous rediffusons ici un entretien qu’avait donné Tzvetan Todorov le 30 mai 2012 à La marche de l’histoire.

Programmation musicale : Le Verfügbar aux Enfers, Opérette de Germaine Tillion, 30 mai 2012 au théâtre du Châtelet

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.