L’invincibilité de la Wehrmacht est un mythe que les nazis ont entretenu et qu'après-guerre nous avons volontiers entretenu : le masochisme français est une des explications de "l'étrange victoire" de nos ennemis.

Soldats allemands près de Verdun le 15 juin 1940
Soldats allemands près de Verdun le 15 juin 1940 © Getty / ullstein bild Dtl.

Série "La tragédie de juin 40"

L'armée allemande n'avait pas disparu sous Weimar puis la plupart de ses officiers avaient accepté Hitler : la vieille caste qui dominait leur corps manifestait certes de la défiance vis-à-vis de lui mais elle lui était reconnaissante de vouloir abattre le traité de Versailles.

L'adage selon lequel une guerre doit être courte et vive et commencer par une bataille décisive a été attribué au nazisme, il est en réalité au principe de l'armée allemande depuis au moins Frédéric II. La théorie de la Blitzkrieg n'a pas été inventée par Hitler. Le réarmement tel qu'il a été conçu à partir de 1935 a simplement fourni les moyens matériels adéquats qui permettaient de renouveler une vieille stratégie.

L'expérience de la guerre d'Espagne a joué aussi son rôle, elle a permis d'expérimenter plusieurs techniques décisives dans le domaine aérien.

La supériorité aérienne sera essentielle dans la campagne-éclair de Pologne en 1939.

Ce succès en Pologne demeure néanmoins d'abord celui de l'infanterie: il ne faut pas imaginer toute l'armée allemande organisée autour des Panzer. Et si la partie a été gagnée là-bas si vite, c'est que l'armée polonaise avait des frontières trop longues à protéger et des conceptions vieillies.

Comme l'armée française dont l'état-major ne sut pas tirer à temps les leçons de la défaite de la Pologne.

Marc Bloch écrivit l'été 40 "L'étrange défaite" pour essayer de comprendre les raisons de l'effondrement d'une armée qui avait inspiré si longtemps le respect des Allemands. Il faudrait aussi parler d'une "étrange victoire" des Allemands. Leur réussite était fondée sur un pari qu'ils auraient pu perdre. C'est une autre tradition dans l'armée allemande : le succès rapide ou bien l'enlisement et, à terme, l'échec.

Et puis il y a le facteur chance, le destin pourrait-on dire.

L’invincibilité de la Wehrmacht est un mythe que les nazis ont entretenu et qu'après-guerre nous avons volontiers entretenu : le masochisme français est une des explications de "l'étrange victoire" de nos ennemis.

Exposition Comme en 40, du 17 septembre 2020 au 10 janvier 2021 au Musée de l'Armée à Paris.  Cette exposition a pour ambition de mettre en lumière l’ensemble de la situation française, tant des points de vue militaires, politique,  stratégique, économique, qu’idéologique, sociaux et culturels. Elle sera divisée en deux grandes parties, la France en guerre, ainsi que la   défaite française et la poursuite des combats par la France libre et la  résistance.

Bibliographie :

  • Les Français de l'an 40 de Jean-Louis Crémieux-Brilhac (Gallimard)
  • La Wehrmacht de Jean Lopez (Perrin)
  • Les mythes de la Seconde Guerre mondiale de Jean Lopez et Olivier Wieviorka (Perrin)
  • Barbarossa de Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri (Passés Composés)
  • Hammerstein ou L'intransigeance. Une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger (Folio Gallimard)
  • Revue Guerres & Histoire n°55 juin 2020 "Défaite de 1940, la France a telle été trahie ?"
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.