Inévitable dans les manuels scolaires français, le tableau de Delacroix est présent jusque dans ceux de la République populaire de Chine.

La liberté guidant le peuple, 1830, Delacroix.
La liberté guidant le peuple, 1830, Delacroix. © Getty / Imagno

Inévitable dans les manuels scolaires français, le tableau de Delacroix est présent jusque dans ceux de la République populaire de Chine. La semaine passée, voulant illustrer le débat sur le roman ou le récit national, Ouest-France, notre quotidien numéro, le reproduisait encore sur trois colonnes. Avec cette légende : « il est souvent choisi comme symbole de la République française ».

Certes Delacroix n’aurait pas défini ainsi sa « Liberté » quand il la peignait après les journées de juillet 1830. Le jeune peintre – il avait alors seulement 32 ans- n’avait rien d’un aventurier : déjà très apprécié pendant la Restauration, il allait être couvert de commandes par la Monarchie de Juillet et d’honneurs par le Second Empire. En matière politique, il était tout était tout sauf un révolutionnaire. Cependant, sans le vouloir explicitement, il a haussé un évènement populaire, la journée insurrectionnelle du 28 juillet, au niveau d’un mythe. Généralement, dans la peinture, seuls les rois et les empereurs avaient le droit de convoquer les mythes à leur service…

Ce n’est pas seulement en appelant à renverser les trônes et les dominations que « La Liberté guidant le peuple » renouvelle la peinture. Dans sa composition en pyramide impeccable, Delacroix bouscule aussi les codes du réalisme et de l’allégorie. Ses personnages masculins sont peints avec le souci du réalisme et en même temps dans le déni du réalisme. Et sa liberté, au centre, est, en même temps, une femme du peuple de son époque et une déesse grecque.

Chaque génération n’aurait pu investir ce tableau d’une signification politique renouvelée, d’époque en époque, de pays en pays, s’il n’avait, d’abord, une puissance picturale inouïe.

Site du Musée National Eugène Delacroix

Exposition au Musée Delacroix :Delacroix et l'Antique du 9 décembre 2015 au 7 mars 2016

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.