A la nouvelle qu’Alstom passait d’un actionnaire français de référence à un actionnaire allemand à 50%, Daniel Cohn-Bendit réagissait vivement...

Usine d'assemblage de la Coccinelle à Wolfsburg - Septembre 1956
Usine d'assemblage de la Coccinelle à Wolfsburg - Septembre 1956 © Getty / Keystone features

A la nouvelle qu’Alstom passait d’un actionnaire français de référence à un actionnaire allemand à 50%, Daniel Cohn-Bendit réagissait vivement. Il citait des exemples inverses : Peugeot et Opel…Il aurait pu ajouter des achats importants effectués en Allemagne en 2016 par Seb ou LVMH…

Et il ajoutait : via Siemens, Alstom va connaître la cogestion. L’un des caractères importants du modèle industriel allemand est en effet la cogestion – il faudrait plutôt dire : la codétermination – par les partenaires sociaux, branche par branche, des dispositions relatives au temps de travail et de congés… Mais la codétermination s’exporte-t-elle aussi bien que les capitaux ne s’internationalisent ?

Un autre des caractères du modèle allemand était la « banque-industrie », le financement prioritaire de l’industrie par les établissements de crédit fédéraux ou nationaux. Cette spécificité s’est déjà effacée. Quant à la codétermination, elle peut, à son tour, être érodée. A l’intérieur, par la multiplication des petites structures, notamment dans l’économie nouvelle et, à l’extérieur, par la projection des établissements allemands à l’étranger.

Les modèles industriels ne sont pas interchangeables. Celui de l’Allemagne est profondément enraciné dans une histoire longue. Celle des corporations, celle des länder, celle la méfiance vis-à-vis de l’interventionnisme d’état.

Cependant le succès du made in Germany ne résulte pas que de facteurs structurels. Il s’explique aussi par des circonstances momentanées : la position géographique d’une Allemagne qui s’est déplacée vers l’Est et les règles de fabrication qu’elle s’imposait en ont fait, un moment, l’interlocutrice préférée de nombreux pays qui émergeaient. Cela durera-t-il ?

Les trains à grande vitesse que fabrique la Chine sont déjà d’une qualité presque aussi bonne que celle à laquelle s’engage Alstom-Siemens. Et ils seront durablement moins chers.

Revue "Entreprises et Histoire", revue internationale qui publie en français ou en anglais des articles sur l’histoire des entreprises et de la gestion.

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.