L’analogie avec Mai 68 a ses limites. Emmanuel Macron, soit dit en passant, a bien fait de ne pas célébrer le cinquantenaire du mouvement, comme certains le lui suggéraient. Nous avons changé d’époque. Les historiens en sont les premiers convaincus.

Edgard Pisani regardant l'allocution télévisée du Général de Gaulle du 24 mai 1968
Edgard Pisani regardant l'allocution télévisée du Général de Gaulle du 24 mai 1968 © Getty / Jacques Haillot

Nous avons changé d’époque. Les historiens en sont les premiers convaincus. Un signe, parmi d’autres : en mai 1968, les mécontents n’avaient pas la possibilité de se brancher sur Facebook et de devenir chacun un média ou au moins de partager en une seconde les messages de leurs proches. La représentation du pays façon puzzle s’en trouve aggravée. Un flot d’informations, vraies ou fausses, roule en grossissant : comment trouver le gué ?

Pourtant les manifestants sont aujourd’hui beaucoup moins nombreux. Ils se présentent comme des travailleurs et non comme des grévistes. Et la semaine, le pays fonctionne cahin-caha : c’est le week-end seulement qu’il est électrisé. Et, pour l’heure,  toutes les crises qui surgissent ne se lient pas entre elles. 

Autre différence avec aujourd’hui, et qui concerne le fonctionnement du pouvoir exécutif. En mai 1968, le Premier ministre Georges Pompidou s’était comme échappé de la tutelle de l’Elysée. Il avait pris l’initiative de réunir les syndicats à Grenelle alors que le général de Gaulle n’était qu’à demi convaincu et que le ministre des Finances, Michel Debré, le refusait rageusement, persuadé qu’il était de ne pas disposer de marges de manœuvre économiques suffisantes. Paradoxalement, l’Elysée était sans doute moins essentiel qu’aujourd’hui.

Néanmoins, comme aujourd’hui, la parole du président était très attendue. Ceux qui croyaient à sa puissance d’enchantement de sa parole imaginaient qu’il allait faire rentrer le fleuve dans son gué. Les plus réalistes qu’il allait trouver un gué.

Programmation musicale : Le grand Jacques de Mickey 3D.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.