Couverture du n°de janvier 1927 de "Russie illustrée", principal hebdomadaire de l'émigration russe à Paris depuis 1923
Couverture du n°de janvier 1927 de "Russie illustrée", principal hebdomadaire de l'émigration russe à Paris depuis 1923 © domaine public

Mi 1919, les armées russes blanches peuvent encore espérer renverser le régime bolchevique. Mais l'hiver 1919-1920 s'avère désastreux pour elles. Ioudénitch est repoussé au Nord, Koltchak, au centre, est exécuté et Denikine contraint de quitter la Crimée.

C'est, comme lui, par le Sud que fuient beaucoup des Russes qui ne veulent pas tomber entre les mains du nouveau pouvoir. Au total, le nombre des réfugiés dans différents pays d'Europe aurait atteint le million et demi de personnes. C'est autour d'eux que s'organisa la première réflexion internationale sur l'asile.

Une petite centaine de milliers se fixa dans notre pays, directivement ou progressivement, souvent après un séjour en Allemagne. La France a, depuis, cultivé une mythologie pittoresque des Russes blancs: les princes et les grandes duchesses désargentés, les chauffeurs de taxi, les mannequins chez Chanel etc.. Est moins connue la géographie réelle de cette immigration, déterminée par les offres d'emplois industriels. Est oublié son double idéal: elle cultivait les traditions de la Russie de toujours mais elle espérait contribuer à la Russie nouvelle à refaire. En tout cas, son horizon n'était pas la France d'abord. C'est un cas tout à fait original d'immigration qui, cherchant toute autre chose que l'intégration,vit néanmoins en bonne intelligence avec le pays d'accueil.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.