Il a grandi dans la mer - pas besoin de la nommer : pour lui, c'est évidemment la Méditerranée. Sur ses rivages, la gloire de la lumière emplissait les corps de joie. C'étaient les Noces à Tipasa.

Mais il y a aussi l'histoire. Elle n'explique ni l'univers naturel qui existait avant elle ni la beauté qui est au-dessus d'elle.

Albert Camus
Albert Camus © CC BY SA Robert Edwards

Cependant, elle est là. Camus se demande ce que signifie le silence des arabes au café maure. Et pourquoi, en Kabylie, ces enfants misérables qui devraient être à l'école et qui disputent aux chiens le contenu des poubelles ?

Avant guerre, après guerre, il multiplie les avertissements. C’est en vain aussi qu’il dénonce en 1955-1956 les nouvelles noces qui se célèbrent maintenant en Algérie: celles, sanglantes, du terrorisme et de la répression.

Il finit par dire en recevant le Nobel de littérature en 1957 : "Je crois à la justice mais je défends ma mère avant la justice" . Il ne choisit pas le silence, il y est contraint parce qu'il est mal entendu.

Depuis, le temps a accompli son œuvre. Aujourd'hui, en France, Camus, qui serait centenaire, échappe de peu à la panthéonisation. Et en Algérie, il commence à sortir du purgatoire.

Evénement(s) lié(s)

Camus par Abd al Malik au Grand Théâtre de Provence

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.