Ah, la crèche ! Le débat est de saison. Où, dans l’espace public français, peut-on l’installer sans déranger ?

Ah, la crèche ! Le débat est de saison. Où, dans l’espace public français, peut-on l’installer sans déranger ? Le Conseil d’Etat, notre plus haute juridiction administrative vient à cet égard de prendre une décision en deux parties.

1. Dans les bâtiments publics, elle n’a pas sa place, sauf si des circonstances particulières montrent qu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif.

2. Dans l’espace public au sens large, dans le cadre des installations de fin d’année, elle a sa place, sauf si elle constitue un acte de prosélytisme.

N’était le respect qu’on doit au Conseil d’Etat, il faut reconnaître que son énoncé est un peu brumeux et que les rois mages pourraient y perdre leur étoile.

On sera peut-être surpris mais aux Etats-Unis, la loi en la matière peut être plus claire. Les Etats-Unis tiennent à la plus grande liberté religieuse qui soit au nom du principe que la vérité a besoin du choc des idées. Néanmoins, il y a aux Etats-Unis une laïcité dans l’espace public. Dans les écoles publiques, dans les cimetières militaires, aux alentours des Parlements des Etats, place nette est faite pour le drapeau qui seul peut incarner la religion civile.

C’est du moins le principe. En la matière, il n’y a jamais vraiment de prêt-à-porter. Les manières d’envisager le pluralisme religieux sont elles-mêmes plurielles. L’explication tient pour une bonne part aux chemins historiques qu’a pu emprunter l’idée de tolérance. Chemins très différents selon les pays.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.