Couverture de "La case de l'oncle Tom pour les enfants" adapté par Helen Ring Robinson vers 1908
Couverture de "La case de l'oncle Tom pour les enfants" adapté par Helen Ring Robinson vers 1908 © domaine public / W. M. Rhoads

Dans la série "Racines" il y a une génération déjà ou, tout dernièrement, dans "Django unchained" de Tarantino, la grande fabrique à images américaines cherche à renverser le point de vue sudiste du chef d'œuvre de 1915, signé Griffith, "Naissance d'une nation". Steve Mac Queen - son "12 years a slave" a déjà attiré en France un million de spectateurs - dit que les films aux Etats-Unis ont jusqu'ici montré davantage d'esclaves romains que d'esclaves noirs. C'est aujourd'hui sur les petits et les grands écrans que se produit le plus grand changement.

Le film de Steve Mac Queen est cependant l'adaptation d'un livre, l'une de ces très nombreuses autobiographies d'esclaves qui paraissaient dans la période précédant la Guerre de Sécession. Dans la même décennie décisive, entre la publication en 1852 de "La case de l'oncle Tom" et le début de la Guerre, il s'est vendu un million d'exemplaires du roman d'Harriet Beecher Stowe. Aujourd'hui, l'auteur qui fournit les points de vue les plus originaux et les plus dérangeants est sans doute Toni Morrison, Nobel de littérature. Les femmes apportent beaucoup sur la question et ce n'est sans doute pas un hasard...

Les liens

Le cycle Histoire mondiale de l’esclavage Le cycle Histoire mondiale de l’esclavage aborde différentes formes d’esclavages, connues ou  méconnues, depuis le Code noir jusqu’aux formes d’esclavages modernes, en passant par la Russie, La Réunion, le Congo, ou encore à travers la littérature ou la question du marronnage.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.