Portrait d'un officier de Saint-Domingue, peut-être celui de Toussaint Louverture
Portrait d'un officier de Saint-Domingue, peut-être celui de Toussaint Louverture © Khaerr / Khaerr

Toussaint Louverture a près de 50 ans en 1793. Il a jusque là mené une longue vie cachée d'esclave puis de "libre", d'affranchi. "Quand l'émeute, dit Aimé Césaire, eut gagné chance de se transformer en insurrection, il la rejoignit. Dès qu'il s'y fut engagé, il n'eut de cesse qu'elle ne s'élargît en révolution." De leur côté, les révolutionnaires de Paris, qui finirent par abolir l'esclavage en 1794, voulaient garder la souveraineté française sur une île stratégique, base navale et commerciale au contact des Espagnols, des Anglais, des Américains. Ils envoyèrent dans les Caraïbes des députés en rangs serrés, des militaires par milliers. En vain. En 1801, Toussaint avait autonomisé voire réunifié l'île et, dictant une Constitution, il préfigurait... le premier état noir.

Le Premier Consul vint, qui crut pouvoir inverser le cours des choses. Il rétablit l'esclavage, déporta Toussaint en Franche-Comté. Cet exil n'empêcha pas les Noirs de venir à bout des troupes françaises. Et, aujourd'hui encore, la mort de Toussaint, en 1803, dans le glacial fort de Joux nourrit une mémoire de légende. Dans un pays qui peut paraître condamné à la déréliction, l'admiration pour Louverture encourage à l'action. Encore faut-il que celle-ci soit fille de la rigueur et pas seulement sœur du rêve. Question-clé à Haïti, plus qu'ailleurs, et depuis Louverture.

Evénement(s) lié(s)

D'Haïti à Guadeloupe, regards croisés

Festival international du livre & du film Etonnants-voyageurs Haïti 2012

Toussaint Louverture

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.