A l'origine, un parti d'Ali, né des conflits de la succession du Prophète et qui est la source d'une succession de onze imams. Ensuite, un milieu chiite indémêlable fait de cercles qui se superposent et se recomposent.

Imam Ali tenant son zulfikar avec ses enfants - Peinture iranienne - Dynastie Kadjar - Début du XIXème siècle
Imam Ali tenant son zulfikar avec ses enfants - Peinture iranienne - Dynastie Kadjar - Début du XIXème siècle © domaine public / Chamayel

La cristallisation se fait plus tard, quand, à partir de la fin du IXème siècle, il faut bien donner des explications à l'absence du douzième imam.

Depuis, le chiisme a été, intellectuellement, plus enclin que le sunnisme majoritaire à ouvrir les portes de l'interprétation et, psychologiquement, plus disposé à l'inquiétude et à l'intériorisation.

Dans la vieille Perse qu'il n'a contrôlé politiquement que rarement, il fonctionnait comme un réseau sanguin, difficilement saisissable à la première vue. Au moment de la révolution islamique de 1978, quand le monde occidental s'est soudain aperçu de son existence, un gouffre s'est ouvert dans la compréhension. Il a pris soudain la figure dangereuse d'une idéologie -cléricale mi-révolutionnaire.

L'histoire du moment l'occulte. C'est la destinée du chiisme de dissimuler, sous ce qui est manifeste et évident, un héritage caché.

lien image webodc iranian stories
lien image webodc iranian stories © Radio France
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.