Touaregs à Tamanrasset en  2010
Touaregs à Tamanrasset en 2010 © Salim B. / Salim B.

L'indépendance d'un état touareg a été proclamée au Nord-Mali mais, jugée nulle et non avenue par l'Union africaine, elle n'a pas non plus été souhaitée par les alliés islamistes avec lesquels ont frayé les rebelles.

L'espace que les Touaregs parcouraient au XIXe était autrement plus vaste que celui esquissé par l'état auto-proclamé. Du Sahara au Sahel, ils connaissaient les chemins de l'eau et savaient lire les signes du vent. La colonisation a décousu le tissu qu'ils avaient fait leur; les indépendances, ensuite, multiplièrent et sacralisèrent les frontières, ne laissant aucun espoir de le voir raccommodé. Davantage : les sècheresses se rapprochèrent, les vaches maigres mangèrent les vaches grasses. Minoritaires dans les nouveaux états (ils sont peut-être 1500000 dans cinq pays), ils se retrouvèrent pour certains a effectuer de petits métiers de misère aux marges des villes et des villages.

Dans ces conditions, rien n'est pire pour les Touaregs que la soumission immobile et, depuis longtemps, beaucoup ont fait le choix de la lutte armée. En même temps, rien ne serait plus dangereux que la création dans la région non d'un état touareg mais d'une zone grise propice à toutes les aventures où ils auraient aussi, à terme, beaucoup à perdre.

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.