Maria Bastian, femme de ménage à l’ambassade d’Allemagne à Paris, explore quotidiennement les corbeilles à papier de ses employeurs et livre leur contenu au service de renseignement français. Un jour funeste de septembre 1894, un bordereau parvient par cette « voie ordinaire » aux officiers français du renseignement...

Le colonel Ferdinand Walsin Esterhazy devant le Conseil de guerre en 1898
Le colonel Ferdinand Walsin Esterhazy devant le Conseil de guerre en 1898 © Getty / DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY

📚 RÉVISIONS BAC - Vous êtes lycéen et vous tenez à profiter au maximum du temps libre dont vous disposez pour réviser votre bac ? Retrouvez tous les épisodes de La Marche de l'Histoire en lien avec votre programme, pour enrichir vos connaissances.

Rediffusion du 11/11/2019

Au Bureau des statistiques, le colonel Sandherr et son adjoint le  commandant Henry reçoivent les papiers déchirés, froissés venus de  l’ambassade par cornets entiers. Cela s’appelle la voie ordinaire. Le  colonel Sandherr et son adjoint le commandant Henry inspectent aussitôt  le contenu des cornets - l’adjoint souvent avant le chef.

Un jour funeste de septembre de cette année 1894, un bordereau parvient par cette « voie ordinaire » aux officiers français du renseignement. Il est manuscrit, non signé et accompagne l’envoi de cinq notes et documents, lesquels ne figurent pas, évidemment, dans le butin prélevé par Madame Bastian. Ces documents annoncés et manquants concernent particulièrement l’artillerie. Ils ne sont pas nécessairement de première importance. Mais ils témoignent de la présence dans les premiers cercles de l’armée d’un informateur français qui trahit les intérêts de son pays.

Le coupable, c’est le commandant Esterhazy. Il faudra beaucoup de temps pour l’établir devant l’opinion et plus encore devant la justice. Il en avait fallu moins pour affirmer la culpabilité du capitaine Dreyfus et fabriquer les dossiers et documents secrets sensés l’étayer mais qui s’avèrent souvent être des faux.

Il est vrai qu’Esterhazy appartenait à une grande famille d’Europe et que Dreyfus était juif.

Bibliographie 

  • Philippe Oriol L'histoire de l'affaire Dreyfus : de 1894 à nos jours - 2 vol. Les Belles Lettres
  • Philippe Oriol Le Faux ami du capitaine Dreyfus. Picquart, l'Affaire et ses mythes Grasset
  • Joseph Reinach Histoire de l'affaire Dreyfus Robert Laffont
  • Jean-Denis Bredin L'Affaire Fayard
  • Michel Drouin (dir.) L'affaire Dreyfus. Dictionnaire Flammarion
  • Alain Pagès L’affaire Dreyfus. Vérités et légendes Perrin
  • Christian Vigouroux Georges Picquart. Biographie Dalloz

Filmographie

Yves Boisset L'affaire Dreyfus 

Programmation musicale

Johnny Hess Frou Frou

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.