Série "La Guerre d'Algérie, une histoire à deux voix"

Place du Gouvernement à Alger en 1899
Place du Gouvernement à Alger en 1899 © Photoglob AG / Photoglob AG

1834, c'est la décision de maintenir une occupation restreinte après le coup d'éclat de la prise d'Alger de 1830.

1840, c'est la décision de la conquête totale. Par tous les moyens.

La colonisation suit. Sans elle, la conquête serait stérile.

Sans doute l'objectif était-il de faire de l'Algérie, au-delà de la mer, le Sud de la France. Un peu comme les Etats-Unis avaient fait de la Californie leur grand Ouest.

Sauf que les Algériens tinrent bon. Et que la démographie parlait en leur faveur. En 1954, ils étaient 90% et les Français 10 seulement, de surcroît très mal répartis géographiquement, et encore leur avait-on agrégé toutes sortes d'européens et... les juifs indigènes -non sans mal.

Quel que fût le jugement qu'on portait sur elle, la colonisation était néanmoins un fait. Elle avait produit un pays cloisonné à l'extrême où franchir les frontières ethniques, sociales, religieuses était risqué. Elle avait créé aussi, dans les superbes paysages d'Algérie, de puissantes fermes - au prix de la dépossession des fellahs. Et des villes d'apparence française, avec leurs écoles, leurs hôpitaux et leurs places où les uns et les autres - vrais amis ou ennemis intimes ? - se frottaient non sans plaisir.

lien image dossier algérie
lien image dossier algérie © Radio France

Evénement(s) lié(s)

Algérie 1830-1962 avec Jacques Ferrandez

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.