A Paris, Christiane Desroches-Noblecourt, cette égyptologue de terrain sut se transformer en scénographe habile et en communicante talentueuse. Il est vrai qu’elle n’avait jamais eu sa langue dans sa poche et qu’elle n’avait jamais eu froid aux yeux.

Christiane Desroches Noblecourt et André Malraux lors de l'inauguration de l'exposition Toutankhamon à Paris en 1967
Christiane Desroches Noblecourt et André Malraux lors de l'inauguration de l'exposition Toutankhamon à Paris en 1967 © Getty / Keystone-France

Les services de presse font déjà beaucoup parler de la nouvelle exposition Toutankhamon qui va s’ouvrir à la Grande Halle de la Villette.

Mais l’exposition fondatrice de 1967 avait déjà fait parler d’elle, sans le secours des services de presse, un an à l’avance.

Ce n’était pas, comme aujourd’hui une vaste opération commerciale pilotée par une entreprise américaine organisatrice d’évènements sportifs et de divertissement et qui élit un moment Paris à l’occasion d’une tournée mondiale de dix étapes.

Le déplacement des objets de la première tombe royale qu’on ait jamais trouvée intacte avait certes été décidée comme  aujourd’hui par le gouvernement du Caire mais c’était une opération politique bilatérale, initiée par Malraux et qui permettait un rapprochement entre De Gaulle et Nasser. 

Déjà en 1966, Paris avait connu deux expositions- évènements qui avaient attiré autour de Picasso et de Vermeer des centaines de milliers de visiteurs qu’on ne voyait habituellement pas dans les musées. Au Petit Palais, il y eut 1 200 000 visiteurs et même davantage, sans compter 600 évanouissements. Le règne de Toutankhamon avait été, à beaucoup d’égards, insignifiant, en clôture de la XVIIIème dynastie, autour de 1350 avant notre ère. A Paris, il inaugura l’ère des expositions-évènements. 

La bonne fée, dans cette circonstance, ce fut Christiane Desroches-Noblecourt. En Egypte, elle sut englober l’exposition dans la stratégie du grand plan de sauvetage des temples de Nubie menacés par le barrage d’Assouan qu’elle pilotait avec l’UNESCO. A Paris, cette égyptologue de terrain sut se transformer en scénographe habile et en communicante talentueuse.  Il est vrai qu’elle n’avait jamais eu sa langue dans sa poche et qu’elle n’avait jamais eu froid aux yeux.

Bibliographie :

La Grande Nubiade de Christiane Desroches Noblecourt (Livre de Poche).

Le secret des temples de la Nubie de Christiane Desroches Noblecourt (Stock).

Sous le regard des dieux de Christiane Desroches Noblecourt (Poche).

Ramsès II de Christiane Desroches Noblecourt (Flammarion).

La reine mystérieuse - Hatshepsout de Christiane Desroches Noblecourt (Flammarion).

Le secret des découvertes de Christiane Desroches Noblecourt (Poche).

L'exposition Toutânkhamon, le trésor du Pharaonà la Grande Halle de la Villette du 23 mars au 15 septembre 2019.

Le film Toutânkhamon, le trésor redécouvert, écrit et réalisé par Frédéric Wilner, 2017 (Arte Editions).

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.