Il aimait prendre des allures de jardinier tranquille mais c'était un vieux renard qui venait de très loin. Il a 73 ans quand il devient en 1949 le premier chancelier de la République fédérale.

Konrad Adenauer et Jean Monnet à Bonn le 9 décembre 1953
Konrad Adenauer et Jean Monnet à Bonn le 9 décembre 1953 © Radio France / Rolf Unterberg

Il veut que les Allemands puissent relever la tête mais il a une assez longue expérience pour douter parfois de leur sagesse.

"Mon Dieu, que deviendra l'Allemagne sans moi?" se demandait-il quand de moins vieux que lui le poussèrent finalement vers la sortie, en 1963.

Eh bien, la puissance économique de l'Allemagne est en train d'en faire le pays leader de l'Union. Mais, du coup, elle doit sacrifier sur l'autel de l'euro, qu'elle n'aime guère, beaucoup des valeurs qu'elle aimait tant.

Héritage paradoxal d'un patriarche qui ne concevait la reconstruction nationale que dans un cadre supranational ?

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.