"Il faut faire du blanc" : la formule est d’un grognard du gaullisme, Pierre Messmer. Elle est tardive mais elle dit crûment l’intention de départ de la métropole. 1853, la Nouvelle-Calédonie est déclarée unilatéralement propriété nationale.1855, l’Etat s’attribue la possession des terres...

Une rue de Nouméa en 1899
Une rue de Nouméa en 1899 © Getty / API

Il faut faire du blanc : la formule est d’un grognard du gaullisme, Pierre Messmer. Elle est tardive mais elle dit crûment l’intention de départ de la métropole. 

1853, la Nouvelle-Calédonie est déclarée unilatéralement propriété nationale. 1855, l’Etat s’attribue la possession des terres. La politique volontariste de la métropole cherche à attirer des colons libres mais elle est autrement efficace dès lors qu’elle invente le bagne. Les premiers transportés débarquent de l’Iphigénie en 1864 et la transportation ne cessera qu’en 1897 : les « libérés » du bagne ne pouvant, une fois leur peine purgée, quitter la Nouvelle Calédonie, elle aura très largement contribué au peuplement. 

Il arrive que les bagnards viennent d’Algérie. L’Algérie, c’est la matrice que la Nouvelle-Calédonie reproduit. Avec, dès 1887, une politique dite de l’indigénat qui définit une bonne dizaine d’interdits que sanctionne à sa guise l’administration. Parmi eux, le fait de se trouver sans autorisation hors de son administration : imitant non seulement l’Algérie mais l’Australie voisine, les kanaks (populations autochtonnes) ont en effet été classés en tribus et cantonnés dans des réserves. On s’attendait à ce qu’ils disparaissent progressivement.

Ainsi s’établit la ségrégation. Les blancs face aux kanaks sans que soit reconnu le métissage qui témoigne pourtant d’une possibilité de franchir les frontières coloniales.  Et chez ceux qui ne sont pas kanaks, c’est la segmentation. Population d’origine pénale face à population d’origine civile. Broussards face aux citadins de la capitale, Nouméa. Néo-hébridiens, javanais, japonais  plus tard tonkinois, wallisiens face aux établis plus anciens…

Nomméen urgence Ministre chargé de la Nouvelle-Calédonie, en 1984, quand la tension menace de tourner à la catastrophe, Edgard Pisani, un vieux gaulliste, lui aussi, pense autrement que Messmer, note : « Cette île, loin d’être largement ouverte sur le monde, est un espace confiné, elle n’entend qu’elle et c’est une cacophonie. »

Programmation musicale : Chant de guerre kanak par le Musée de l'Homme

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.