Publicité pour France Soir
Publicité pour France Soir © Anonyme / Anonyme

Un journal à bout de souffle. L'ultime édition papier, c'est, peut-être, demain.

Combat , autre titre glorieux avait titré le dernier numéro : Silence on coule.

Revenons, avant qu'il ne soit trop tard, à l'époque de la haute mer, du million d'exemplaires quotidiens, du grand vaisseau amiral amarré 100, rue Réaumur.

Le capitaine, c'est alors, jusqu'en 1972, Pierre Lazareff. Il a été, avant guerre, l'un des piliers de Paris-Soir .

Exilé en 1940, il a animé La Voix de l’Amérique qui émettait en direction de la France et rapporté des Etats-Unis quelques idées nouvelles qui complétaient l'expérience de Paris-Soir .

De retour à Paris, il a assuré la professionnalisation d'un journal issu de la Libération, Défense de la France . Et il en a maîtrisé parfaitement la captation avec son allié Hachette, au grand dam de la plupart des fondateurs résistants.

Il porte des bretelles, se ronge les ongles, jongle avec une demi-douzaine de téléphones. On a songé à Louis de Funès pour interpréter son rôle au théâtre mais tout le monde sait que le petit homme tient un rôle immense.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.