Si sainte soit-elle, notre Constitution ne naît pas de l'opération de l'Esprit ni d'un acte de magie créatrice.

D'abord il y a un moment constitutionnel, en l'occurrence l'été 1958; où elle s'élabore et s'écrit. Michel Debré, ministre de la Justice du gouvernement de Gaulle, en est déjà l'un des principaux acteurs.

Michel Debré et Conrad Adenauer à Bonn en octobre 1960
Michel Debré et Conrad Adenauer à Bonn en octobre 1960 © Bundesarchiv / Ludwig Wegmann

Ensuite vient la période de défrichage institutionnel. Debré est encore à la manœuvre mais cette fois comme Premier Ministre, le général étant devenu président de la République.

Depuis, bien des hôtes sont passés par Matignon. L’Elysée a généralement voulu les surpasser. Au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la fonction de Premier ministre a même failli trépasser...

Maintenant qu'elle semble devoir retrouver du poids, il est utile de revenir à Debré. Lequel, aux origines de la Vème, a souhaité expérimenter un pouvoir exécutif qu'on pourrait dire double. "La seconde tête, disait-il, a une responsabilité particulière et, ajoutait-il, ce serait une erreur que de l'en priver."

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.