Rediffusion du 03/12/2013 extraite de la Semaine spéciale « Les 50 ans de France Inter »

Le général de Gaulle voulait pouvoir s'adresser directement aux Français sans que sa tête ou sa voix soient transformées en - je le cite - "fromage blanc". Des journalistes de l'audiovisuel public, il attendait qu'ils sculptent jour après jour la Vème République - ainsi que les instituteurs et les manuels d'histoire l'avaient fait pour la IIIème.

Affiche pour l'Intersyndicale de l'Office de radiodiffusion television francaise (ORTF) du dessinateur Jean Effel en mai 1968
Affiche pour l'Intersyndicale de l'Office de radiodiffusion television francaise (ORTF) du dessinateur Jean Effel en mai 1968 © MaxPPP / Collection Jean Jacques Allevi

Pourtant, au sein de l'ORTF, les rédactions pouvaient adopter des positionnements plus variés qu'on ne le croit aujourd'hui. Les journalistes de la radio, par exemple, n'étaient pas soumis à la surveillance personnelle du général qui préférait regarder la télévision. Avant 1968, si le directeur des programmes, Roland Dhordain, était un militant gaulliste affirmé, la couleur de la rédaction était moins prononcée. Surtout, le souci commun était d'affronter la concurrence. Si, en peu d'années, France Inter a pu rattraper voire dépasser les radios périphériques, c'est que ses journaux parlés ont bien dû contribuer à leur manière à créer un pacte de confiance avec l'auditeur !

La crise de 1968 ébranle durablement ce pacte. "ORTF, la police vous parle, lit-on sur les affiches de l'époque. C'est mai 68 qui va ancrer la mauvaise réputation des journaux parlés, constamment accusés dorénavant d'être "la voix de son maître".

Les liens

Comité d'histoire de la radiodiffusion « Les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion », revue trimestrielle, consacrent chacun de leurs numéros à un thème spécifique comme : la radio en Ile-de-France, le rôle des radios en mai 68, la radio de l’Algérie française, le Poste colonial ou une année radiophonique...

Radio Fañch Le blog de Fanch Langoët. Graphiste libéral,  profite toute la journée (ou presque) de la radio qu’il écoute tout en travaillant dans son atelier. Mais il peut tout aussi bien allumer son poste dans sa voiture lors de déplacements. Il apprécie également la réécoute en ligne et les podcasts qui sont des outils autrement plus pratiques que l’enregistrement manuel des anciennes cassettes.

Site de Radio France pour le Cinquantenaire Découvrir la Maison de Radio France de 1963 à aujourd'hui.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.