Depuis que Dieu incarné a accepté les souffrances de la Passion, l’humiliation est comme retournée, elle est devenue réversible.

L'humiliation au Moyen-âge
L'humiliation au Moyen-âge © Getty / Mihaela Muntean

Tout un vocabulaire lié à l’humiliation est revenu au jour ces dernières années. On l’a déployé cette semaine pour tenter de peindre les avanies qui se sont accumulées sur les lieutenants du président Hollande : « Nous avons été écrasés, éclatés, décapités », a dit l’un d’eux. On croirait entendre un récit médiéval des catastrophes de la guerre de Cent Ans.

Des détails du même ordre étaient mis en avant à l’époque. Les chevaliers du roi portaient haut leur bannière et d’un coup, d’un seul, ils ont mordu la poussière. L’humiliation, étymologiquement, c’est l’abaissement jusqu’à retrouver le niveau de la terre. Pareillement, les anciens ministres défaits sont d’abord décrits dans leurs limousines noires : elles pénètrent dans la cour du palais, leurs roues crissent sur le gravier, les huissiers se précipitent et voilà qu’aujourd’hui les ex-excellences se heurtent aux portes fermées. L’humiliation, c’est la porte fermée. Et pis, la porte fermée sous le regard de tous.

L'humiliation, une vieillesse soudaine

Eustache Deschamps, au XIVe, en a fait chanson : « J’ai grande douleur dans la poitrine / Je sens tous mes membres trembler / Ce sont les signes de la mort ». Deschamps était un poète de cour, il craignait de ne plus plaire à ceux qui l’avaient choisi, il décrivait l’humiliation comme une vieillesse soudaine, une dégénérescence.

Mais quand François d’Assise toquait en vain, une nuit de détresse, à la porte d’un des couvents de son ordre et qu’il s’en voyait refuser l’accès, il faisait de cette humiliation une bénédiction. Pour lui, se trouver accompagné de Dame Persécution et de Dame Pauvreté était un signe.

Le Moyen Âge, c’est une tension entre, d’une part, des pratiques sociales banales et qui nous sont toujours familières – l’humiliation malveillante qui dégrade les hommes et, d’autre part, une exigence morale issue de l’expérience du Christ. Depuis que Dieu incarné a accepté les souffrances de la Passion, l’humiliation est comme retournée, elle est devenue réversible. Puisque le Moyen Âge connaît un certain retour en grâce, nous pourrions entendre cette voix qui lui est propre : l’humiliation est aussi un passage vers le salut.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.