Les Allemands, d'abord débordés par l'ampleur de leurs prises, n'ont pas voulu y renoncer. Ils ont d'abord parqué dans de vastes espaces les captifs, leur faisant aménager une cinquantaine de Frontstalags, le nouveau régime de Pétain a lui mis en place des structures administratives chargées de négocier avec l'occupant

Prisonniers de guerre français et britanniques le 12 juin 1940
Prisonniers de guerre français et britanniques le 12 juin 1940 © Getty / ullstein bild Dtl.

Série "La tragédie de juin 40"

Cette fois encore, 1940 ne reproduit pas 1914-1918. En quelques semaines, les Allemands font 1850000 prisonniers dans les armées françaises qu'ils ont prises en tenaille mais aussi dans les  territoires qu'ils occupent à la vitesse du raid: les gardiens des villes et des forteresses s'y livrent sans coup férir, sur l'ordre de leurs chefs qui, de surcroît, leur font parfois promettre de ne pas se rendre.

La majorité des captures ont eu lieu après l'annonce de la demande d'armistice par le maréchal Pétain. Ceux qui ont alors été faits prisonniers, qu'ils aient combattu jusqu'au bout ou qu'ils se soient livrés, avaient des raisons d'espérer être libéré rapidement, une fois l'armistice signé.

Ce n'est pas ce qui s'est produit. Les Allemands, d'abord débordés par l'ampleur de leurs prises, n'ont pas voulu y renoncer. Ils ont d'abord parqué dans de vastes espaces les captifs, leur faisant aménager rapidement une cinquantaine de Frontstalags. Le nouveau régime de Pétain, de son côté, a mis en place des structures administratives chargées de négocier avec les occupants en la matière. Les libérations seront assez rares. Fin 1940 début 1941, 1500000 Français auront passé la frontière. Ils seront pour longtemps maintenus dans une situation d’attente, et sauf pour ceux d'entre eux qui étaient officiers, d'exploitation.

Ne resteront en France que les soldats coloniaux qui fixaient tellement la colère et l'angoisse des Allemands que de 1000 à 3000 d'entre eux avaient fini massacrés avant même le 24 juin. Des Frontstalags seront maintenus pour eux dont le régime de Vichy acceptera plus tard de prendre en charge la surveillance: les tirailleurs sénégalais venus porter aide à la France coloniale se retrouveront avec leurs officiers blancs devenus leurs geôliers !

Ce retournement indigne sera évidemment passé sous silence. En revanche, le prisonnier d'Allemagne deviendra une figure essentielle de la propagande de Vichy. Il prendra la figure du martyr dont le sacrifice contribue plus que tout autre à la régénération d'une France qui a trop joui et qui doit expier.

C'est une des raisons pour lesquelles, après la Libération, la mémoire du prisonnier se retrouvera recouverte par celle, plus valorisante, du résistant. Il est temps de lui redonner une place plus juste.

Le site du Mémorial de l'internement et de la déportation de Compiègne

Exposition Comme en 40, du 17 septembre 2020 au 10 janvier 2021, au Musée de l'Armée à Paris. Cette exposition a pour ambition de mettre en lumière l’ensemble de la situation française, tant des points de vue militaires, politique, stratégique, économique, qu’idéologique, sociaux et culturels. Elle sera divisée en deux grandes parties, la France en guerre, ainsi que la    défaite française et la poursuite des combats par la France libre et la résistance.

Bibliographie

  • La captivité de guerre au XXe siècle. Des archives, des histoires, des mémoires de Anne-Marie Pathé et Fabien Théofilakis (Armand Colin / Ministère de la Défense)
  • Archives d'une captivité, 1939-1945  - L'évasion littéraire du capitaine Mongrédien de Anne-Marie Pathé, Fabien Théofilakis et Yann Potin (Textuel)
  • Les prisonniers de guerre allemands. France 1944-1949 de Fabien Théofilakis (Fayard)
  • Prisonniers de guerre "indigènes". Visages oubliés de la France occupée de Armelle Mabon (La Découverte)
  • Une   saison   noire.   Les   massacres   des   tirailleurs  sénégalais,  mai-juin  1940 de Raffael   Scheck (Tallandier)
  • Lettres à Sonia (1939-1943) de Raymond Guérin (Gallimard)
  • Prisonnier de guerre, 1939-1943 de François Garnier (Presses Universitaires de Rennes)
  • Lettres de Poméranie. 1940-1945 deGeorges Hyvernaud (Claire Paulhan).

Film Les Oubliés de 39-45 de René Caron et Franck Saint-Cast, 2002 "1938-1939, les Alliés s’engagent dans la deuxième guerre mondiale. Septembre 1939, la France bascule dans la drôle de guerre avant l’attaque allemande. Juin 1940, Pétain signe l’armistice avec l’Allemagne victorieuse. Beaucoup des Français qui se battaient sur le front sont alors faits prisonniers. La Bretagne a payé le plus lourd tribut : 110 000 Bretons ont connu la détention dans les "stalags", camps disséminés dans l’Europe occupée par l’Allemagne. Certains sont également faits prisonniers en Indochine par les Japonais. Commence alors une captivité qui va souvent durer 5 longues années dans des conditions difficilement imaginables, que ces hommes, dont la parole a généralement été ignorée, racontent ici sans fausse pudeur, souvenirs d’une parenthèse douloureuse de leur vie, de l’Histoire..."

Les invités
  • Fabien ThéofilakisHistorien, maître de conférences à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.