Graffiti sur les émeutes en Argentine en 2001
Graffiti sur les émeutes en Argentine en 2001 © Pablo D. Flores / Pablo D. Flores

Nous avons trois problèmes, répétaient les manifestants de l'Argentine en chute libre de 2001 :

"Nous n'avons pas de travail.

Nous n'avons pas de retraite

Et nous ne sommes pas encore morts..."

L'Argentine, à l'accoutumée, s'inquiète de savoir si le monde la trouve belle. Cette année là, le monde la regardait, stupéfait. Une puissance moyenne de 40 millions d'habitants peut donc faire faillite ? Pardon, il faut dire : défaut. Mais le résultat est le même : le décrochage des classes moyennes qui faisaient l'orgueil du pays et l'effondrement des pauvres.

Dix ans plus tard, la croissance frise les 10%, la présidente Cristina Kirchner est réélue au premier tour et, se considérant dans son miroir, dit à la terre entière qui s'interroge sur ce rebond : "L'Argentine est un pays sérieux".

Il n'y a pas de leçon en histoire mais cette histoire-ci mérite une révision...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.